conte tchèque : Katia et le diable

Il était une fois dans un village une jeune fille appelée Katia. Elle vivait dans une chaumière, possédait un petit jardin et quelques pièces d’or. Mais si elle était tout cousue d’or, même le valet le plus pauvre ne l’épouserait pas, tant elle était forte en gueule. Cependant elle aurait bien aimé que les garçons du village lui parlent de temps en temps et l’invitent à danser le dimanche ; or ils ne le faisaient pas.

Un dimanche, Katia était assise à l’auberge comme d’habitude et regardait, pleine d’envie, qui dansait, et avec qui ; dans sa colère elle pensa : « Dieu m’est témoin, qu’aujourd’hui je danserais même avec le diable ! »

La porte s’ouvrit et un étranger en tenue de chasse pénétra dans la salle. Il s’assit non loin de Katia et se fit servir à boire. Lorsque l’aubergiste lui apporta une bière, le seigneur prit le verre et le tendit à Katia.

Elle se sentait très honorée mais fit cependant quelques manières avant d’accepter le verre.  Elle but, puis reposa le verre sur la table ; le seigneur sortit alors un ducat de sa poche, le jeta aux musiciens et leur dit :

-          Allez, jeunes gens, jouez pour moi

Et il entraîna Katia dans la danse.

« qui peut-il être ? » se demandaient les vieux en hochant la tête. Les jeunes garçons souriaient d’un air méprisant et les jeunes filles se cachaient le visage dans leur tablier afin que Katia ne vit pas qu’elles se moquaient d’elle. Mais Katia ne voyait rien, elle était heureuse, elle dansait et le monde entier pouvait bien se moquer d’elle.

L’étranger dansa avec Katia tout l’après-midi et toute la soirée ; il lui acheta des bonbons et des gâteaux. Quand ce fut l’heure de rentrer à la maison, il la raccompagna jusque chez elle ; et lorsqu’il lui dit adieu, elle s’écria :

-          Ah ! si je pouvais danser avec vous, comme aujourd’hui, jusqu’à ma mort ! que je serais heureuse !

-          C’est facile, tu n’as qu’à venir avec moi.

-          Mais où habitez-vous ?

-          Mets tes bas autour de mon cou et je te le dirai.

Katia prit le chasseur par le cou et celui-ci se transforma aussitôt en diable. Il s’envola avec elle jusqu’en enfer.

Arrivé à la porte de l’enfer, le diable frappa et ses camarades le firent entrer. Lorsqu’ils virent la lourde charge qu’il portait, ils voulurent détacher la jeune fille de son cou mais elle se tenait si bien autour du cou du diable, qu’aucune force terrestre n’aurait pu l’en détacher ; le diable dut donc se présenter au Roi de l’Enfer avec Katia accrochée à son cou.

-          Qui amènes-tu là ? demanda le Roi de l’Enfer.

Le diable raconta comment Katia, sur la terre, lui avait demande de toujours danser avec elle et comment il l’avait directement amenée en enfer.

-          Et maintenant elle ne veut plus me lâcher et je ne sais pas comment m’en débarrasser.

-          Tu n’es qu’un idiot, et tu as mal suivi mes conseils, répondit le Roi, avant de t’engager envers quelqu’un tu dois savoir qui il est. Katia est certes bavarde mais sinon, c’est une honnête fille et l’Enfer n’est pas fait pour elle. Sors d’ici et vois toi-même comment tu pourras te défaire de ton fardeau.

Le diable retourna donc sur la terre avec Katia.

Il lui promit monts et merveilles, il se fâcha, jura, mais en vain, Katia ne le lâchait pas. Malheureux et triste, il arriva un jour avec son fardeau dans une prairie où un jeune berger, habillé d’une vieille peau, gardait ses moutons. Le diable prit une forme humaine si bien que le berger ne le reconnut pas.

-          Qui trainez-vous à votre cou ? demanda le berger

-          Je me promenais tranquillement lorsque cette Katia, que je ne connais point, m’a sauté au cou et maintenant, elle ne veut plus me lâcher.

-          Bon, je vais vous aider, répondit le berger, mais pendant ce temps, vous devrez garder mes moutons.

-          Bien volontiers, répondit le diable.

Le berger s’adressa alors à Katia : « Viens, Katia, accroche-toi à mon cou ».

Lorsqu’elle entendit cela, elle se détacha du diable et s’accrocha au cou du berger. Le berger porta Katia jusqu’à un étang proche, dégagea son bras gauche puis son bras droit, défit un bouton puis un autre et Katia partit sur l’eau avec la peau de mouton.

En un clin d’œil le berger était déjà de retour.

-          Je te remercie, berger, dit le diable très content, tu m’as rendu un grand service ; sans ton aide, j’aurais été obligé de porter cette Katia jusqu’à la fin des temps. Un jour, je te récompenserai et ferai de toi un homme riche. Mais sache à qui tu as rendu service, apprends que je suis le diable.

Et sur ces mots, il disparut.

Le berger secoua la tête et se dit : « si tous les diables sont aussi bêtes que lui, alors nous n’avons rien à craindre ! »

Le pays où habitait le berger appartenait à un jeune prince. Celui-ci était riche et menait une vie fort dissipée. Chaque  nuit, de l’extérieur du château, on pouvait entendre les cris joyeux des buveurs. Le pays était administré par deux intendants qui ne valaient pas mieux que leur maître ; ce que leur maître ne dépensait pas, les deux intendants le gardaient pour eux, et le pauvre peuple ne savait plus comment payer les plaisirs de leurs maîtres.

Un jour le prince, qui se demandait comment il allait occuper sa journée, fit appeler un homme qui savait lire dans les étoiles et lui ordonna de lui prédire son destin et celui de ses deux intendants ; l’astrologue obéit et chercha longtemps comment chacun des seigneurs trouverait la mort. Lorsqu’il eut tout appris des étoiles, il se rendit chez le prince.

-          Pardonnez-moi, Seigneur, dit alors l’astrologue, mais je n’ose point parler car vous êtes menacés par un très grand danger.

-          Dis sans peur ce que tu sais, tu ne crains rien maintenant. Mais si ce que tu nous prédis ne se réalise point, je te ferais couper la tête.

-          J’exécuterai volontiers ton ordre, puisqu’il est juste, répondit l’astrologue. Voici donc votre destin à tous trois : avant la fin de ce mois, le diable viendra chercher tes intendants et avant la fin du mois prochain, le diable viendra te chercher et te mènera en enfer.

Le prince se mit tant en colère qu’il fit jeter l’astrologue en prison mais lui et ses intendants avaient perdu leur joie de vivre. Pour la première fois, ils se mirent à réfléchir et à avoir des remords. A moitié morts de peur, les deux intendants retournèrent dans leur château. Le prince commença à mener une vie toute différente. Il menait une vie calme et simple et administrait lui-même son pays ; il espérait ainsi pouvoir échapper à un si funeste destin.

A cette époque, le diable rendit visite au berger et lui dit :

-          Je suis venu pour te récompenser du service que tu m’as rendu en me débarrassant de Katia. Avant la fin du mois, je dois emporter en enfer les deux intendants du pays parce qu’ils ont volé les pauvres et mal conseillé le prince. Mais comme ils ont le désir de devenir meilleurs, je les laisserai sur la terre pour le moment. Au jour et à l’heure dite, tu te rendras au premier château. Lorsque je viendrais chercher l’intendant, tu t’avanceras vers moi et me diras : « Diable, disparais, sinon il t’arrivera malheur. » je t’obéirai et laisserai l’intendant. Tu te feras donner en récompense deux sacs remplis de pièces d’or. Tu feras la même chose chez le deuxième intendant. Mais lorsqu’à la fin du mois prochain, je viendrais cherche le prince, je te défends d’intervenir auprès de moi. Sinon prends garde à ta vie.

Sur ces mots, il disparut.

Le berger retint chacune des paroles du diable et lorsque le jour fut venu, il se dirigea vers le château du premier intendant. Il arriva à l’heure dite ; une foule de gens qui voulaient voir le diable emporter l’intendant s’étaient rassemblés dans la cour du château. Soudain, ils entendirent un cri perçant, une porte s’ouvrit et le diable sortit en tirant le pâle intendant derrière lui. Mais le berger s’avança vers le diable et lui dit : « Diable, disparais, sinon il t’arrivera malheur. »

Et le diable disparut. L’intendant, transporté de joie, donna au berger deux sacs remplis de pièces d’or. Celui-ci fort heureux de son sort, se dirigea alors vers le second château et tout se passa comme précédemment.

Lorsque le prince apprit que le berger avait sauvé les deux intendants, il le fit aussitôt amener dans son carrosse d’or et le pria de le délivrer lui aussi du diable.

-          Mon prince, répondit le berger, je ne  peux pas vous le promettre car vous êtes un grand pêcheur. Mais si vous désirez vraiment être raisonnable, juste, bon et sage envers votre peuple, ainsi que doit être un prince, j’essaierai, même si je dois aller en enfer à votre place.

Le prince promit de devenir meilleur et le berger s’en alla pour imaginer une ruse.

Lorsque le jour où le diable devait venir chercher le prince arriva, la cour du château était remplie de monde. Soudain, une porte s’ouvrit et le diable sortit en tirant derrière lui le prince, livide.

Alors le berger se fraya un chemin à travers la foule et se dirigea vers le diable.

-          As-tu donc oublié ce que je t’avais dit ? lui murmura le diable en colère.

-          Mais voyons, imbécile, il ne s’agit pas du prince mais de toi ! répondit le berger à voix basse. Katia est ici et veut s’accrocher à ton cou !

Lorsque le diable entendit ces mots, il lâcha le prince et s’enfuit le plus vite qu’il put.

Le prince fut si heureux qu’il prit le berger comme premier conseiller ; ce fut une bonne chose car le berger était intelligent et juste. Peu de temps après, le pays tout entier devint prospère et satisfait de son seigneur.

FIN

 

Oldrich Sirovatka

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site