La Grande Panthère Noire

La Grande Panthère Noire

La Grande Panthère Noire a une faim terrible.
Elle sort de la jungle pour chasser.
Elle rencontre un lapin : elle le mange.
Elle rencontre un petit cochon : elle le mange.
Elle rencontre une vieille chèvre : elle la mange.
Elle rencontre une grande vache : elle la mange.

Alors là, ça ne va plus !

Les braves villageois ne sont pas contents (ce sont des hindous de l’Inde). Ils prennent leurs fusils, et ils partent à la recherche de la Grande Panthère Noire, en entonnant leur chant de guerre pour se donner du courage.

Les jeunes gars du village marchent devant.
Le vieux chef marche derrière.
Il découvre bientôt la piste de la Panthère en suivant les traces de ses grosses pattes noires sur le sable.

Le vieux chef a épaulé son fusil… Pan- Pan !
Il a tiré au hasard. Manquée, la Panthère Noire !

Les jeunes gars du village se retournent au bruit, et que voient-ils juste derrière le vieux chef ? La Grande Panthère Noire qui renifle et qui fait « Miam-Miam » en ouvrant une gueule comme ça.

Alors le plus brave des chasseurs se sauve à toutes jambes et les autres le suivent… en tirant des coups de fusil à tort et à travers. La Grande Panthère Noire, qui n’aime pas beaucoup le bruit du fusil, se sauve aussi…

Les braves villageois ne vont pas bien loin, car ils ont très envie de la belle fourrure noire de la Grande Panthère Noire. Ils font un feu et se reposent avant de repartir.

Et puis la chasse continue.

La Grande Panthère Noire fait le tour d’un petit bois de figuiers banians pour surprendre les braves chasseurs, mais les braves chasseurs courent derrière elle.

Quand les chasseurs sont d’un côté du bois, la Grande Panthère Noire… est de l’autre côté !
Si bien qu’ils tournent autour du petit bois de figuiers banians un jour, une nuit, une semaine, des mois…

Tout de même, au bout d’un an, la Grande Panthère Noire se dit : « Il faut en finir, j’ai maigri de 100 livres à force de tourner en rond sans rien manger ! Si ça continue, les chasseurs auront ma peau sans tirer un coup de fusil. »

Alors, au trot, partie tout droit vers le Nord !
Les braves chasseurs courent toujours derrière elle, en suivant les traces de ses grosses pattes noires.

La Grande Panthère Noire franchit l’Himalaya, le Tibet, la Mongolie, la Muraille de Chine et la Sibérie.
Et les braves chasseurs franchissent, eux aussi, l’Himalaya, le Tibet, la Mongolie, la Muraille de Chine et la Sibérie.

Enfin, la Grande Panthère Noire arrive sur une banquise.
Elle rencontre un ours blanc, un phoque gris, un hareng, elle les mange.

Les braves chasseurs la suivent toujours.
Mais voici que la neige se met à tomber à gros flocons.

La Grande Panthère Noire devient toute blanche et, comme elle est toute blanche sur la neige blanche, les chasseurs ne peuvent plus la voir : pfft… plus de Panthère !

Les pauvres chasseurs sont bien étonnés ; tête basse, et très tristes, ils rentrent chez eux…

En arrivant, ils apprennent que la Grande Panthère Noire est déjà revenue et qu’elle a mangé : un lapin, un petit cochon, une vieille chèvre…
Alors là, ça ne va plus !
Mais alors, plus du tout, du tout, du tout !

Les villageois ne sont pas contents. Ils prennent leurs fusils et ils partent à la recherche de la Grande Panthère Noire, en entonnant leur chant de guerre pour se donner du courage.

Texte de Paul François

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×