Le marchand de sable et le marchand de sons

Le marchand de sable et le marchand de sons

Le marchand de sable et le marchand de sons

Il existe un marchand de sable pour s’endormir.
Et pour se réveiller ? Un marchand de sons !

Dans la profondeur de la nuit, avant que le petit matin ne survienne, soudain, un petit bruit retentit.
Le marchand de sons arrive, avec un rayon de lumière dans une poche, un grelot dans l’autre.
La plupart du temps, on ne l’entend pas.
Parce que le bruit est tout petit, que le son tintinnabule tout doucement, et dure une toute petite seconde.
Le marchand de sons vient faire sa tournée pour donner envie aux enfants, délicatement, de se réveiller.
Après cette seconde magique, le jour apparaît ; les mamans se réveillent, les papas, les pépés et les papis.
Puis les enfants ouvrent les yeux, et lui s’enfuit sur ses semelles de vent.

Avant, il y a très, très longtemps, le marchand de sable et le marchand de sons étaient ennemis.
Il leur arrivait de se croiser de se lancer des regards furieux.
Tu sais pourquoi ils se faisaient la guerre ?
Comme toujours… Pour une question de territoire !
Le marchand de sable voulait rallonger la nuit.
Et le marchand de sons, lui, voulait rallonger la journée.
-    Tu arrives bien trop tôt ! disait le marchand de sable. Les enfants ont encore sommeil !
-    Mais non ! Il est temps pour eux de manger leur croissant et de jouer, lançait le marchand de sons. Ils ne vont tout de même pas passer la journée au lit !

Ils se battaient comme des chiffonniers, et ça donnait des choses curieuses.
Parfois, la nuit durait trois secondes et le jour était infiniment long.
Parfois, c’était le contraire : on vivait toute la journée dans le noir total !
Pour la sieste, ils se querellaient encore :
-    La sieste m’appartient ! disait le marchand de sable. C’est un tout petit morceau de nuit qui revient le jour.
-    Mais non, mon cher, répondait le marchand de sons. La sieste fait partie de la journée, un point, c’est tout !

Un jour, lasse de toutes ces disputes, la Lune leur donna à chacun la moitié de la journée, et la sieste en plus pour le marchand de sable.
Depuis, ils sont les meilleurs amis du monde.
Quand le marchand de sons arrive, son rayon de lumière dans une poche et son grelot dans l’autre, le marchand de sable déguerpit sur la pointe des pieds.
Ils ont tout juste le temps de se serrer la main.
Le marchand de sable dit au marchand de sons :
-    Salut, mon vieux. Travaille bien ! ils sont tous endormis à poings fermés.
Et le marchand de sons dit au marchand de sable :
-    Bonne nuit. Fais de beaux rêves !
-    On va essayer, bâille le marchand de sable.
Et il laisse son sac, enfile son pyjama et son bonnet de nuit.
Et il bâille, il bâille, il bâille !
Et pendant qu’il bâille, il entend un tout petit grelot…
Mais lui, ça ne le réveille pas.

FIN

Sophie Carquain

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site